Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de la Librairie Heurtebise

Le blog de la Librairie Heurtebise

La librairie Heurtebise est une librairie de livres anciens et d'occasion. Elle publie 6 catalogues annuels. Thèmes : Histoire, Littérature, Philosophie, Sciences, Esotérisme, Médecine, Voyages, Livres Illustrés... Elle publie des informations culturelles en relation avec les métiers du livre.


Jean LARTEGUY écrivain romantique en tenue léopard !

Publié par HEURTEBISE sur 18 Décembre 2014, 14:37pm

Catégories : #Beaux livres

Jean Lartéguy, de son vrai nom Lucien Pierre Jean Osty (1920-2011), est sans doute l’un des écrivains français qui a le plus marqué le grand public de l’après deuxième guerre mondiale. Les Mercenaires, Les Prétoriens, Le Mal jaune, et tant d’autres romans captivants de ce célèbre et fascinant correspondant de guerre, restent inscrits à jamais dans la mémoire d’au moins deux générations. Les histoires qu’il raconte sont fort proches de celles des films de son ami Pierre Schoendoerffer. A partir de 1954 et pendant plus de quarante ans, le succès de Lartéguy ne s’est jamais démenti. Les Centurions, son livre le plus connu, a même atteint le chiffre record de 2 millions d’exemplaires vendus. En 1966, le réalisateur canadien, Mark Robson, en a fait une libre adaptation cinématographique avec pour interprètes Anthony Quinn (dans le rôle du lieutenant-colonel Raspéguy inspiré de Marcel Bigeard), Alain Delon, Michèle Morgan, Claudia Cardinale et Maurice Ronet.

L’œuvre de Lartéguy est avant tout une réflexion sur la guerre et la paix, une méditation sur la légende de Caïn et Abel, l’un des grands mythes fondateurs de l’humanité. Lartéguy, c’est le récit de l’aventure militaire, l’histoire de ces jeunes soldats victimes de la duplicité de la classe politique, sacrifiés sur l’autel de l’ordre bourgeois. Lartéguy, c’est la célébration de l’engagement, de l’honneur, du devoir et de la fidélité. C’est la défense du meilleur de la colonisation, le rêve du maréchal Lyautey, celui de la rencontre respectueuse et désintéressée entre civilisations complémentaires. C’est l’analyse et la description de la guerre psychologique, de la guerre subversive, révolutionnaire, « ne pas tuer mais conquérir la population », le combat contre l’ennemi avec ses propres armes théorisé en 1961 par le colonel parachutiste Roger Trinquier : une forme de lutte découverte par les officiers français en Indochine lors de l’affrontement avec les nationalistes-marxistes du Viet Minh.

Lartéguy, c’est le peintre sans concession de la léthargie française, le messager du déclin de l’Europe, l’annonciateur de la fin des empires et de la civilisation occidentale dont la décolonisation ne représente qu’un des aspects les plus perceptibles. De la France des années 1950 il écrit avec amertume : « [Elle] redoute tout ce qui pourrait la tirer de son sommeil ». « [Elle capitule] par égoïsme, par paresse, pour qu’elle puisse s’endormir dans une douillette décadence ». Des Français il fait un constat implacable : « [Ils] ne pensent plus qu’à s’enfermer dans leur petit pays, leurs petites villes, leurs petites maisons et, comme des vieillards, ils ne regardent plus le monde qu’à travers leurs fenêtres, en écartant un peu les rideaux […]. Ils veulent leur retraite, toucher des pensions et qu’on les laisse épousseter leurs vieilles gloires ». Et encore : « Les Français sont devenus trop matérialistes, trop sceptiques, trop désabusés. Ils vivent dans les décombres moisis de leur vieille Révolution de 1789 ».

Selon Hubert Le Roux, Lartéguy envisageait de publier un ultime roman, une sorte de testament. Ce manuscrit inachevé devait avoir pour titre « Le Prince des années mortes ». On peut y lire des propos désabusés : « Les civilisations sont comme des reptiles qui abandonnent leur peau quand ils muent. De la nôtre il ne restera bientôt plus qu’une peau morte accrochée aux épines du chemin. Libre à toi de croire que le serpent a survécu à sa dernière mue et qu’il en connaîtra d’autres. Libre à moi d’en douter… » Réaliste et volontariste, l’historien Dominique Venner disait, lui aussi, que l’Europe pouvait sombrer définitivement dans la « dormitio » ou sortir de sa léthargie et se régénérer. Mais lui croyait en l’Europe éternelle, en sa capacité de se réveiller et de se reproduire semblable à elle-même. On imagine sans peine le fructueux débat que le « dernier centurion » et le « dernier samouraï » auraient pu avoir : un débat qui nous hante tous et dont nous savons désormais avec certitude qu’il ne tardera plus longtemps à être tranché.

Article : Cf. Arnaud Imatz - 25/10/2013.

Jean LARTEGUY écrivain romantique en tenue léopard !

La librairie propose plusieurs titres de cet auteur, dont voici les illustrations des jaquettes de couvertures.

Jean LARTEGUY écrivain romantique en tenue léopard !
Jean LARTEGUY écrivain romantique en tenue léopard !
Jean LARTEGUY écrivain romantique en tenue léopard !

Baroudeur et grand reporter, auteur d'une cinquantaine de romans de guerre, il est mort mercredi à l'âge de 90 ans.

« On l'avait oublié. D'autres encore, parmi les plus jeunes, ignoraient jusqu'à son nom. Auteur à grand succès dans les années soixante, le romancier et grand reporter Jean Lartéguy est décédé mercredi à l'Institut national des Invalides où il résidait depuis plus de cinq ans. Son nom est apparu au grand public dès 1959, avec la parution des Mercenaires et surtout des Centurions, roman cruel sur la guerre d'Algérie, vendu à plus d'un million d'exemplaires, et qui sera boudé par les jurés des grands prix littéraires parisiens.

Né en région parisienne (à Maisons-Alfort), élevé à Aumont-Aubrac, une bourgade de la Lozère, Jean Lartéguy, de son vrai nom Jean Pierre Lucien Osty, s'était engagé en octobre 1939 (il a alors 19 ans) avant de rejoindre les Forces françaises libres. Il combat dans les commandos d'Afrique. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ce baroudeur entre dans le journalisme comme reporter de guerre. Aussi vif la main à la plume que téméraire l'arme au poing, il multiplie les articles inspirés par le «terrain» pour le magazine Paris-Presse, et plus tard pour Paris-Match. En 1950, une licence de lettres en poche, on le retrouve de nouveau sous l'uniforme, avec les forces françaises en Corée, en pleine guerre opposant le Nord communiste et le Sud, soutenu par les États-Unis. Il est blessé lors de la bataille de Crèvecoeur. Ses nombreux reportages, qui sont autant de récits de guerre, lui valent la récompense suprême : le prix Albert-Londres, décroché en 1955. «C'était le temps où on vous balançait sur le terrain, aimait-il à se souvenir. Ou vous vous en sortiez, et on vous gardait. Ou on vous virait…»

Déjà grand journaliste, bientôt grand raconteur d'histoires. Cette année-là, il publie son premier roman, La Ville étranglée. Jean Lartéguy se lance à corps perdu dans l'écriture. Au total, pas moins d'une cinquantaine de romans à son actif, dont l'immense succès des Centurions, paru en 1960. Le livre sera adapté au cinéma par Mark Robson, avec Claudia Cardinale, Michèle Morgan, Alain Delon et Anthony Qinn. Mais il serait faux de croire que Jean Lartéguy ne fut que l'homme d'un livre. Inspiré par les démons de la guerre, il a été de tous les fronts de la seconde moitié du XXe siècle. On lui doit aussi un roman historique, Mourir pour Jérusalem, sur la prise de la Ville sainte par les croisés, un de ses tout derniers livres, paru en 1995. Quant au Liban, qu'il connaissait comme le fond de sa poche, il lui a inspiré un roman policier, L'Or de Baal, paru une dizaine d'années plus tôt.

Parallèlement, Lartéguy n'aura pas pour autant abandonné le journalisme. Fin 1989, quelques semaines après la chute du mur de Berlin, il se rend dans une Union soviétique ébranlée. Il en revient avec un reportage prémonitoire d'une quinzaine de pages que publie Paris-Match. Deux ans plus tard, l'URSS s'effondrait. Par ailleurs, au lendemain de l'arrivée au pouvoir des mollahs en Iran, il écrit Dieu, l'or et le sang, dans lequel il remonte le cours de l'Histoire, en s'attardant même sur l'Afghanistan. À partir de la fin des années quatre-vingt, son œuvre prolixe bénéficie d'un regain d'intérêt grâce à la publication de quatre volumineuses anthologies dans la collection «Omnibus», sous les titres «Récits de guerre», «Le mal d'Indochine», «La nuit africaine» et «Indochine». Il y a presque deux ans, Jean Lartéguy avait remis officiellement l'ensemble de ses archives au service historique de la Défense, il était chevalier de la Légion d'honneur, croix de guerre 1939-1945 et des théâtres d'opérations extérieurs (TOE), avec quatre citations. Longtemps, le romancier avait pris pour habitude d'écrire loin de Paris et des bruits du monde, dans une vaste maison sise dans paisible village provençal, précisément rue de la Liberté… »

© Article de Thierry Clermont – Le Figaro – le 23 février 2011.

Pour aller un peu plus loin, une biographie :

Hubert Le Roux et Jacques Chancel : « Jean Lartéguy, le dernier des centurions »,

éditions Tallandier – 2013.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents