Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de la Librairie Heurtebise

Le blog de la Librairie Heurtebise

La librairie Heurtebise est une librairie de livres anciens et d'occasion. Elle publie 6 catalogues annuels. Thèmes : Histoire, Littérature, Philosophie, Sciences, Esotérisme, Médecine, Voyages, Livres Illustrés... Elle publie des informations culturelles en relation avec les métiers du livre.


Aloysius Bertrand ou l’avant-garde du romantisme français.

Publié par HEURTEBISE sur 1 Septembre 2012, 13:18pm

Catégories : #Beaux livres

Louis Bertrand / Aloysius Bertrand :

« Gaspard de la nuit », fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot.

Introduction de S. de Pierrelée. A Paris, société d'Edition d'Art "Le livre et l'estampe". 1903. In 4 relié 1/2 chagrin bleu nuit sombre à coins. Dos à nerfs décoré. (Reliure mi XXème siècle). Impression Charles Hérissey à Evreux. Couvertures d'origine conservées. Ouvrage illustré de 50 gravures hors texte de J. Fontanez. Exemplaire numéroté du tirage : 1/300 sur papier d'Arches avec un état d’impression des planches (N° 242). Très bel exemplaire dans une riche reliure de qualité.

Ouvrage référencé HE 9463 à la librairie Heurtebise.

Louis Jacques Napoléon Bertrand, dit Aloysius Bertrand1 est un poète, dramaturge et journaliste français, né le 20 avril 1807 à Ceva (Piémont), mort le 29 avril 1841, à l'hôpital Necker de Paris. Considéré comme l'inventeur du poème en prose, il est notamment l'auteur d'une œuvre posthume passée à la postérité, Gaspard de la nuit (1842).

Il quitta les Landes et s'installa à Dijon, où naquit le 19 mars 1816 un quatrième enfant, Charles Frédéric (qui devint plus tard journaliste), et où se maria le 11 janvier 1818 sa fille Denise, née d'un premier lit.

C'est dans cette ville que Louis Bertrand passa la majeure partie de sa vie, étudiant au collège royal de la ville de 1818 à 1826, et c'est dans ses rues et ses monuments qu'il trouva une grande partie de son inspiration. En novembre 1826, il fut reçu à la Société d'Études de sa ville, où il lut 55 de ses poèmes de 1826 à 1828 ; il devint rapporteur en décembre 1826 puis fut élu vice-président le 23 mai 1827.

À la mort de son père, le 27 février 1828, il devint le chef de famille. Sa tante paternelle Françoise-Marguerite, dite « Lolotte », dont la modeste fortune lui avait déjà permis de financer ses études, apporta un soutien financier à la famille Bertrand au moins jusqu'en 1814. Le 1er mai 1828, la Société d'Études de Dijon fit paraître le premier numéro d'un journal littéraire imité du Globe à la vie très éphémère, « Le Provincial », dont Bertrand fut le gérant responsable jusqu'au 8 juin. Dans cette feuille, qui publia les premiers vers d'Alfred de Musset, il promut ses idées esthétiques, à l'avant-garde du romantisme français, et publia une vingtaine de pièces en prose et en vers. Parmi ces « bambochades », comme il les appelait (d'après le surnom du peintre néerlandais Pierre de Laer, Bambochio), parut ainsi « Jacques-Lés-Andelys, Chronique de l'An 1364 » le 1er mai 1828. Toujours en 1828, il aima une jeune fille anonyme, qui peut-être mourut et dont les exégètes retrouvent le souvenir dans l'ensemble de son œuvre.

(Sources : cf. Wikipedia).

Gaspard-2--2-.jpg

 

 

GASPARG-DE-LA-NUIT-2.jpg

 

 

220px-Aloysius_Bertrand-1-.jpg

 

Buste d'Aloysius Bertrand, au jardin de l'Arquebuse à Dijon.

GASPARG-DE-LA-NUIT-1.jpg

Article tiré du Bien Public, le 27 juillet 2009.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents